USCIS

USCIS (United States Citizenship and Immigration Services)

USCIS (United States Citizenship and Immigration Services)

Ce matin c'est la dernière séance avec le chiropractor, en attendant la visite officielle avec l'ORL, ça fait toujours du bien.

Le temps est magnifique et chaud, les oiseaux font beaucoup de bruit.
Doug m'apprendra qu'il a gelé cette nuit avec du givre de partout: à 7h du matin il peut s'en rendre compte, moi à cette heure là j'étais encore dans mon lit...
L'application météorologique de l'iPhone a certes indiquée des températures basses de l'ordre de 5°C, mais de là à geler.
Bref, comme d'habitude ici quand le soleil est là, il fait très bon.

J'arrive enfin à récupérer un peu de souplesse du cou, jusque là je m'y étais habitué avec le temps et les mauvaises habitudes, mais mon cou était devenu un morceau de bois.

Cette journée sera-t-elle paisible comme un vendredi veille de week-end très attendue par tout bon Américain?
Doug a déjà prévu son week-end vélo dans les collines de Los Gatos.
Pour la journée paisible, ça sera peut-être le week-end prochain...

La caisse du Régime Social des Indépendants à laquelle je suis affilié en France a "oublié" que j'étais à jour de mes cotisations et m'ont prélevé une 2ème fois mes cotisations malgré ma notification auprès de leurs services de mon refus de prélèvement: les escrocs ceux-là quand même!
Bien entendu ils ne veulent pas rembourser. Par négligence je n'ai pas prévenu mon banquier de mettre une opposition sur le RSI: chose faite, trop tard, tous les prélèvements automatiques qui n'ont plus lieu d'être ont reçu un avis d'opposition. Franchement, sur ma liste de préparation à l'immigration, je n'avais même pas pensé à ça!

Comme d'habitude une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule: je reçois un courrier de l'USCIS.
Enfin! Ca faisait un mois, presque depuis mon arrivée sur le territoire US, que je leur avais demandé de m'envoyer ma carte verte plastique.
La réponse fut claire, ils me l'ont envoyé quelques jours après mon immigration en Juin dernier à l'adresse que j'avais indiquée et n'ont pas reçu d'avis de non-livraison.
L'adresse était valide vu que j'avais déjà reçu des papiers de leur part.
Je trouve léger de leur part d'avoir envoyé la lettre en lettre simple si ils ont fait ça, ou de ne pas me donner le tracking-number pour interroger l'USPS (la Poste).
Je vais devoir les appeler Lundi.
Ils m'informent qu'en cas de non-réception je dois remplir le formulaire I-90 téléchargeable sur leur site www.uscis.gov.
Grosses sueurs, la procédure coûte $400 avec nouvelle prise biométriques.
Les escrocs: ils ne me donnent aucune preuve d'envoi et ils veulent me faire payer $400 avec les emmerdes qui vont avec pour le RdV biométrique.
En lisant plus avant, en cas de non-réception, la procédure est gratuite: oufff!
Je télécharge le formulaire et le remplis en cochant la bonne case.
Afin de bien vérifier que j'ai rempli les bonnes cases, je télécharge les instructions de remplissage du formulaire afin de le lire scrupuleusement.
Dans la section "non-réception" qui me concerne, que lis-je en note?!
Si il advenait que le courrier n'est pas été reçu mais que le courrier ne soit pas revenu à l'USCIS en non-livraison, alors la procédure de "non-réception" sera rejeté et une nouvelle devra être soumise en "perte ou vol". Retour aux $400 et prises biométriques.
Administrations Française et US peuvent se serrer la main: toutes deux ont besoin d'argent et essayent d'en récupérer par tout moyen malhonnête!
Dans leur fasicule d'aide aux immigrés ils précisaient bien que des gens peu scrupuleux risquaient de jouer sur la faiblesse de l'immigré et nous mettaient bien en garde contre ces personnes.
Les seuls qui jusqu'à présent abusent de la situation est: eux! Etant déclaratif, si je remplis le I-90 en déclarant "perte ou vol", je n'ai plus aucun moyen de prouver que je ne l'ai pas reçu car finalement je plaide "coupable" en "perte ou vol", mais non en "non-réception".
Dilemme: que faire? Dans des séries TV US, je trouvais inadmissible que des innocents plaident coupable juste pour s'en sortir ou pour améliorer les choses.
Là, j'ai l'impression que pour avoir ma carte plastique (ce sur quoi ils comptent), je vais devoir mentir, payer $400 et devoir me déplacer pour les empreintes.
Ce que je risque est une 2ème fois le même coup, vu qu'il semble que pour une procédure à $400 ils ne prennent même pas la peine d'affranchir en recommandé avec accusé de réception. Donc j'hésite, et préfère repousser cette solution de la dernière chance vu que mon sticker I-551 dans le passeport est valide jusqu'en Juin prochain.
Je vais donc tout simplement les appeler pour m'étonner de leur réponse et en l'occurrence leur demander le tracking-number de sorte à ce que j'investigue avec les services postaux.
Soit ils me le donnent, soit ils n'en ont pas et ne peuvent donc pas me le donner: dans ce dernier cas, ils montreront leur "toute puissance" en m'offrant l'alternative de payer ou de rentrer en France, dans tous les cas de figures eux ayant le dernier mot.
S'il advenait que je doive faire une fausse déclaration en "perte ou vol", je serais en toute logique US, amené à faire un dépôt de plainte pour vol d'identité... Je ne connais pas la procédure, mais USCIS ou USPS auront à rendre des comptes (sauf si s'est enterré) pour trouver où ma carte verte est passée.
En France, je mettais un point d'honneur à poursuivre quiconque venait me chercher (y compris le RSI), ici je ne vais pas changer mes habitudes sous prétexte que je suis "un faible immigrant seul et désoeuvré".
C'est incroyable: 1er dépôt de plainte au bout de moins de 2 mois dans le pays.
Dans le cas de vol d'identité, le parquet n'a pas l'air d'y aller avec le dos de la cuillère en plus ( www.usdoj.gov).

Ces petites contrariétés ne vont pas améliorer mon état général bien que tout aille bien pour l'instant.

Doug m'emmène en centre ville dans une cantina que j'aime bien (et lui aussi): repas fort copieux pour moins de $10.
Je prendrais un burrito aux crevettes avec coca-light.
Le burrito faisait la taille de l'assiette, et on apercevait un peu de salade et quelques tomates au milieu des crevettes sautées (d'habitude la dénomination "à quelque chose" signifie qu'il y en a "un peu").
Leur sauce d'accompagnement aux chipotles est excellent bien que très forte.
Je suis un mauvais élève: j'ai pris un coca-light...

le chiropractor ma recommandé d'éliminer toute source pouvant causer les vertiges jusqu'à ce qu'on découvre la case, incluant le coca-cola light contenant de l'asparthame en édulcorant, source de phénylalanine... neurotoxique en accumulation.
Il est vrai que j'aime bien le coca-light...
Voila pourquoi ils écrivent sur les emballage la présence de phénylalanine, je ne savais pas pourquoi vu que la signification se cachant sous ce terme m'était étrangère.
Il recommande de me rabattre sur de l'eau gazeuse à la place: il n'a pas tort.
On dit que 2 ne va jamais sans 3, mais ça ira pour aujourd'hui, pas de 3ème gros ennui.

Je reçois un nouvel e-mail d'interFrench en collaboration avec "Alliance Française" pour l'annonce de la soirée avec TV5.
Ils en profitent pour rappeler la procédure de vérification de son enregistrement consulaire et de vérifier qu'on est bien inscrit sur les listes pour voter pour nos représentants à l'Etranger.
Le site web est pastel.diplomatie.gouv.fr, on s'y connecte avec son identifiant NUMIC (obtenu lors de l'enregistrement au consulat) nous permettant de mettre à jours nos informations personnelles, et de s'inscrire sur les listes de vote des Français à l'Etranger.

Doug comme tout le monde part tôt aujourd'hui: vendredi oblige.
Je vais rester jusqu'à 9pm, non pas par choix mais la procédure d'installation d'un logiciel fut plus longue que prévue: mon ordinateur est vieux ce qui n'arrange pas les choses.

D'autres personnes restent tard ce soir dont une demoiselle qui a 2 boulots: un en journée, et un second le soir ici, en tant que Directeur Financier de Société (CFO): elle a du courage.
Son fils de 10 ans en a aussi car il l'accompagne toujours sans se plaindre et joue dans son coin avec ses petits avions.
Lorsque je suis parti à 9pm, ils étaient encore là...

Le propriétaire de l'immeuble est venu nous remettre un cadeau d'entreprise pour la fin d'année: ça se fait donc ici aussi.
Le cadeau était un plateau de dégustation de produit de grande qualité vu la taille, les étiquettes et l'aspect général: il ne s'était pas moqué de nous.
Le contenu du plateau reflète l'image US et m'a permis de comprendre quelques petits trucs.
Le plateau contenant du fromage et des crackers pour l'accompagner.
Les Américains aiment bien manger le fromage avec des crackers: ceux là étaient des petits pains azymes craquant et peu fort en goût permettant de ne pas altérer le goût du fromage.
Le fromage était une pâte molle et salée à tartiner: première constatation, ils n'ont pas le goût du fromage mais le concept de la pâte à tartiner style beurre de cacahuètes.
Un paquet de cacahuètes grillées dans du miel et salée était présent: ils ont essayé de travailler un produit pas noble comme la cacahuète.
Un sachet de bretzels annonçait "goût sucré-salé", effectivement il y avait aussi des M&M's dedans: là j'ai compris que pour nous ce sont des sous-produits "junk food", alors que pour eux c'est une fierté et un produit vraiment de chez eux!

Un petit paquet de toffies en pâte molle rouge et blanche: je trouvais que les anglais avec leurs toffies ne tenaient pas le haut du panier en confiserie, mais là c'est quand même en dessous.
Et pourtant, dans leur référentiel, il s'agit là d'un bon produit de qualité.

Finalement un petit contenant en forme d'ampoule symbolisait la lumière de Noël: il contenant des petites dragées jaune de chocolat enrobant des graines de tournesol je pense.
J'avais remarqué qu'ils aimaient bien les graines, enrobées de chocolat, il s'agit d'une confiserie, comme les M&M's.

La conclusion de cette expérience est je crois qu'il faut rester critique en fonction de sa culture et de ses expériences, mais ne pas venir avec son référentiels de valeurs et comprendre celui dans lequel on va évoluer.
Ce plateau m'a appris beaucoup de choses, en commençant par ne pas mépriser leur produits, y compris leur "junk food".
Il me reste néanmoins mon libre-arbitre pour aimer ou ne pas aimer...

Je rentre finalement à la maison pour le début du week-end.