Super Thanks-Giving...

la grande fête de Thanks Giving vue par un Français expatrié

Super Thanks-Giving...

Voilà, c'est le fameux jour: Thanks-Giving, le seul jour de toute l'année férié aux US où presque toutes les grandes surfaces sont fermées.

C'est pour mieux préparer demain l'ouverture et les milliers de clients venant pour les bons prix!

C'est une bonne journée en perspective donc pour tous les Etats-Unis, sauf pour moi...
En effet, cette fête ne signifie strictement rien pour moi, en tant que Français.
De plus, il ne fait pas froid, donc aucune connotation de Noël, et quand bien même, Noël le mois prochain sera-t-il Noël?
Mais ce n'est pas la raison principale pour laquelle cette journée n'est pas excellent pour moi. 8:30 du matin, j'ouvre les yeux: la chambre entière tourne autour de moi.
Ca peut arriver quand on a pas dormi dans une très bonne position, le cerveau manquant d'oxygène, donc pas très grave, je referme les yeux et me tourne pour continuer ma grasse matinée.
Rien à faire, tout continuait à tourner, grosses sueurs, mal au coeur: mais qu'est ce qu'il m'arrivait.

Je sors du lit à 4 pattes par terre pour ne pas tomber et finis par me lever: ouf ça passe!
Ce ne fut que passager... je me recouche... ça reprend... 2h plus tard je n'arrive toujours pas à me recoucher sans voir la pièce défiler sous mes yeux.
On pourrait croire que ces visions psychédéliques de soirées de beuveries sont agréables: être ivre sans boire... et bien pas du tout, car comme avec l'ivresse, il y a tout ce qu'il va avec...

La grande question: que faire?
La dernière des choses à faire est de paniquer, donc verre d'eau, reprise des esprits.
Une situation équivalente m'était arrivée au Cambodge, en risques sanitaires plus important qu'aux USA.
Donc question médical je ne me faisais pas de soucis. Voilà à quoi ça sert de prévoir!
J'appelle directement mon assurance santé en France, vu que je n'ai encore aucune couverture aux US.
Le numéro de téléphone est inscrit au dos de la carte, dans mon cas au dos de la carte American Express.
Il y a quelqu'un qui répond 24/7, en plus lorsqu'on demande le service assistance santé, c'est branle bas de combat dans leurs bureaux.
La connexion chez AXA Assistance est faite, ils me confirment que je suis couvert par les garanties AMEX Françaises durant 3 mois après mon changement de résidence pour les USA, le temps de trouver une assurance locale.
Enregistrement administratif, obtention du numéro d'appel direct et du numéro de dossier, dispatch vers un médecin de garde.
D'après les symptômes, le médecin me dit de me rendre immédiatement à l'hôpital pour un check-up complet et scanner. Ca y est, il me fait peur!

En fait, comme AXA est une assurance, ils ne prennent aucun risque et préfèrent payer $10k en prévention, plutôt que $100k s'ils n'ont pas bien fait leur travail à l'issue tragique...
Mais même sachant ça, ce n'est pas rassurant.

Deuxième étape, prévenir les proches en l'occurrence avec les numéros de téléphones et numéro de dossier pour un suivi depuis la France dans le cas où je ne puisse pas le faire moi-même.
Aussi prévenir les gens locaux autour de soi, ils ne peuvent pas faire grand chose, mais ils ont peut-être un médecin préféré ou des connaissances du club de gym...

Ceci préparant la 3ème étape: aller à l'hôpital, mais où, lequel?
Mon application iPhone "AroundMe" me donne bien la liste des dizaines d'hôpitaux autour de l'endroit où je suis avec les directions, mais conduire avec les vertiges: impossible.
Heureusement que Mike était là!
Je pense que si j'avais été seul, j'aurais appelé le 911... mais aurais-je compris ou me serais-je fait comprendre?
Départ pour l'hôpital à côté de la maison. Mike le connaît bien, sa salle de musculation se trouve dans les même locaux me dit-il?
Je suis dubitatif... On arrive: il s'agit d'un petit bâtiment de 2 étages avec l'hôpital au 2ème étage.
Bizarre: aux USA je m'attendais à un complexe beaucoup plus grand... On arrive à l'étage: porte fermée.
En fait, aux USA, il faut faire très attention à la dénomination hôpital! Il s'agit d'un cabinet de plusieurs médecins: ils appellent ça hôpital!
Comme c'était Thanks-Giving: il était fermé.

Départ pour le second "hôpital", cette fois ci pour ne pas trouver porte close, Mike appelle: personne ne répond, fermé aussi donc.

Idem pour le 3ème essai.
La 4ème tentative fut la bonne à 20 minute: il s'agissait d'un vrai hôpital cette fois-ci!
Je voulais visiter un complexe Kaiser, et bien je vais visiter un complexe, mais pas Kaiser... Je m'en serait bien passé!

On arrive aux urgences, la salle d'attente vide: pour Thanks-Giving il n'y a donc pas d'urgences à traiter... vu la capacité de la pièce, il y a bien de quoi y passer la journée quand elle est pleine.
En fait il semble courant de se rendre aux urgences de l'hôpital lorsqu'on a besoin de voir un médecin...
Enregistrement, signatures, vérification d'identité, et assurance maladie... oops je n'en ai pas.
Pas grave, ils savent que les étrangers ont une assurance voyageur, pour ceux qui en ont une: d'où l'importance de le vérifier avant de partir!

Premier appel vers le médecin du dispatch: prise des constantes, longues explications pour lui expliquer.
Chose amusante il a tout compris et quand il parlait je comprenais tout tout de suite.
Même remarque avec tout le personnel depuis l'enregistrement jusqu'à la sortie: par contre pour commander un repas j'ai encore du mal avec leurs mauvais accents...
Direction une salle d'osculation: ce sont les urgences, on regarde par terre et droit devant en suivant les pieds de l'infirmière: faut pas regarder autour!

J'ai été visité par pas moins de 3 médecins en examens cliniques "rapides". Question: est-ce pas conscience professionnelle?
est-ce pour être sûr de ne pas être poursuivi par AMEX en cas de mauvais diagnostique?
ou est-ce pour bien faire monter les honoraires payés par l'assurance étrangère?
Les sentences tombent les unes après les autres: ce n'est pas la méningite.
Ils vont penser à de ces choses quand même...
Ensuite: ce n'est pas une attaque cérébrale: heureusement qu'ils ne m'ont pas dit ce qu'ils cherchaient avant, il y aurait eu de quoi en faire une d'attaque cérébrale...

Finalement ce sont de "simples" vertiges. Alors pour ceux qui n'en ont jamais eus, comme avant durant les 21 dernières années; c'est très impressionnant et pénible!

A la question d'où ça vient et comment ça se fait, la réponse du médecin fut: "cause indéterminée" et "il faut bien que ça arrive un jour"...

Néanmoins, il m'a remis une fiche du diagnostique sur le Vertigo avec une explication très détaillée dans des termes simples non médicaux de ce que c'était.
Il m'a ensuite prescrit (Rx) un médicament contre les effets sur feuille avec hologramme contre la fraude aux prescriptions.
Un autre médecin est venu m'expliquer où acheter le médicament, la posologie, les effets indésirables, les recommandations et surtout les effets secondaires à observer, en l'occurrence pour revenir aux urgences si certains apparaissent.
Ca ne donne pas envie de prendre le médicament!

Mais d'un autre côté on est très précisément au courant des tenants et aboutissants.
Chose habituelle: il me fait signer la décharge pour la prise de l'ordonnance.
On voit clairement la différence avec la France, où le patient ne doit pas être au courant de son état et surtout ne pas savoir ce que dieu le médecin lui fait avaler.
Ici, aucun médecin ne fera rien avaler sans avoir eu la signature du patient stipulant qu'il a clairement compris ce qu'il prenait.

L'étape 2 a donné ses fruits, le médecin de famille français fut mis au courant. Son diagnostic fut cristaux dans l'oreille interne ou manque d'oxygénation du cerveau: donc chiropractor pour tout remettre en place et casser les cristaux.

Le bon point est que les chiropractors se trouvent facilement aux USA car très reconnus, alors qu'en France ils ne commencent à l'être que depuis peu.

On remarquera en querelle des anciens et des modernes, celle des hospitaliers prescrivant un médicament pour les conséquences (comme en France) contre le petit médecin de "campagne" cherchant plutôt à soigner la cause.
Les 2 sont complémentaires...

Voilà, c'est finalement passé, mais ça peut revenir.

J'ai l'autorisation de sortie, passage par le guichet pour payer.
Rien à payer, je recevrais la facture à la maison.
Si j'avais été malhonnête, j'aurais donné une fausse adresse: je m'attends à une note salée.
On verra bien... Tout étant déclaratif, ils ne leur serait jamais venu à l'idée que je puisse mentir sur mon adresse.
En plus, étant l'hôpital à côté de la maison, ça m'ennuierait de me mettre mal avec eux.
Quoique, rejoignant Kaiser très probablement bientôt, j'irai dans leurs locaux.
Bref, là n'est pas la question, j'aurais certes à avancer la somme, mais bien heureusement AMEX couvre.
Ma prescription à la main, direction la pharmacie la plus proche: celle de Target.
Magasins et alentours fermés.
Direction Safeway: le magasin est ouvert, mais n'a pas de pharmacie.
On tourne de partout: tout fermé.
Ce n'est pas très grave ça pourra attendre demain, en restant au calme à la maison.
A peine de retour à la maison, AMEX appelle pour demander le compte rendu du RdV pour le suivi, très scrupuleux, du dossier.
Ils rappelleront demain et suivront la chose de très près jusqu'à la clôture.
Mais quand, ce n'est pas un virus, ça peut revenir à tout moment!

Voilà donc la folle épopée de la journée. Demain il faudra que j'aille à la pharmacie: heureusement tous les magasins réouvrent pour les prochains 364 jours, ou presque..