Préparation du 31

Nouvelle année

Dimanche fut consacré aux tâches ménagères habituelles dont la fameuse lessive à grandes eaux.

Mike a acheté une jolie poubelle de sorte à en avoir une pour les éléments recyclables. Mike est très à cheval sur le recyclable!!!

Par contre, pour les piles (je me demande si en ordures ménagères il existe quelque chose de plus polluant), aucun moyen de recyclage n'est prévu: donc il faut la jeter dans la poubelle des ordures courantes.
J'en suis resté la bouche bée.
Cette histoire de tri n'est que par snobisme, à moins que je ne fasse face encore une fois à un de ses désagréables antagonismes US.

La grande question est où passer le réveillon du Jour de l'An et quoi y faire. Mon application "YPmobile" sur iPhone me propose plusieurs événements dans les 10 miles d'où je me trouve pour le réveillon, plusieurs restaurants proposent une soirée en cette occasion.
Un très joli restaurant à "Santana Row" (rue phare de San José) me tente bien par l'atmosphère qu'il présente: en effet, ils ont tous un site web très vendeur.

Mon colocataire me parle d'aller à San Francisco offrant plusieurs événements: bars, restaurants, boites de nuit, compte-à-rebours, feux d'artifices, ...
Ca me tente bien, mais y aller seul comme un con, c'est moyen.
Il a prévu sa soirée avec ses amis... je ne me formalise plus, il y aurait de quoi s'arracher les cheveux sinon.

L'année dernière fut pas mal, dans le quartier européen de Siem Reap, où la police des touristes s'arrachait les cheveux d'un air résigné devant autant de dépravation alcoolique.

Finalement, Doug me dit qu'un de ses collègues n'a rien de prévu non plus.
Lui par au ski dans l'Oregon avec son frère, donc il ne sera pas de la fête.
Sa femme me suggère d'aller dans les bars et adresser la parole aux gens, comme ça, comme il est de bon ton ici.
J'avais déjà vu cette façon d'agir et en avait longuement débattu: c'est bizarre d'aller se trouver des charrettes comme ça...
Je ne connais pas le collègue de Doug, mais ça sera l'occasion vu qu'il m'en parle depuis 2 mois.
Il est de Louisiane, de Bâton Rouge, il a un nom français, mais il ne le parle pas: un des descendants des colons français je suppose.

Gilbert Collard avait essayé au début de sa carrière de récupérer la Louisiane car d'après lui elle n'avait pas été vendue aux USA par la France: je crois qu'il a perdu...

C'est amusant de voir comment les Américains prononcent tous ces mots français passés dans leur langue...

Eliane me conseille vivement d'aller à la bibliothèque pour emprunter des livres de vente, plus particulièrement en ce qui me concerne, de vente aux Américains, pour apprendre leur manière de fonctionner et sur quelles niaiseries ils accrochent.

Je suis tout à fait d'accord avec sa manière de présenter les choses, c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai très vite fuit les sociétés françaises au profits des société anglo-saxonnes (avec leur travers aussi), même étant en France.

Le modèle de la société française autocratique est voué à disparaître, le but étant de faire plaisir au patron au détriment des 3 piliers: clients, investisseurs et masse salariale.

Un terme amusant a même été inventé: la "culture d'entreprise" théorisé dont se gargarisent les HR question de se créer une consistance.

C'est un joli mot qui se résume à faire semblant de copier les petites manies de la direction comme si dieu le père parlait... qui finissent tous en faillites ou en prison, comme on peut le voir dans les journaux.

Doug m'avait déjà suggéré de laisser tomber les phrases alambiquées de 3 lignes, au profit de quelques mots;

les longues explications logiques de 5 paragraphes, au profit de 2 ou 3 phrases;
les non-dits venant en déduction logique de sorte à ne pas être trop agressif ou à laisser penser que mon interlocuteur est un niais, au profit de ce que je veux dire de manière directe.

Typiquement, lorsque j'ai dit au vendeur Honda que j'avais préféré la couleur de la voiture du concurrent, Doug lui aurait dit qu'il était trop cher et qu'il avait préféré donner son argent à quelqu'un d'autre.

Oui, j'en convient, ma culture française, mon éducation aussi sûrement, peuvent apparaître comme des fardeaux, et en être!!!

Raison ou Empirisme?
Avant-vente: Un bon vendeur américain pourra vendre de la glace à des esquimaux et du sable aux Arabes.

Les Français ne savent pas vendre (même quand leur produits sont supérieurs). Je sais, ce sont des dictons, mais il y a quand même une part de vérité.
Et vous essayez de vendre à des Américains!... A un moment de crise financière?

"Allez a la bibliothèque et demander au "reference desk": "books on salesmanship". OUI: vous vous arracherez les cheveux quand vous lirez leur façon de penser, d'agir, ce qui les fait tiquer etc... et vous penserez "non, ça ne s'applique pas a moi ni à mon produit" et vous voudrez jeter ces livres au feu.
Mais il est crucial que vous appreniez comment ils pensent, sur quelles bêtises et niaiseries ils se focalisent, sur les phrases clefs que vous DEVEZ employer, comment finir les présentations.
Au contraire des Français, qui préfèrent une présentation intelligente et faite d'une manière posée, les Américains admirent l'agressivité, la passion.
Souvenez-vous de Bill Gates qui ne donnait que très très peu de job interview: "I am not concerned with the ideas that the candidate comes up with, but I always look for someone who displays a great passion for what he does", même si le postulant avait des idées les plus farfelues, Bill Gates l'embauchait et lui laissait toutes libertés pour développer l'idée que l'employé avait....
Ne gaspillez pas votre temps à essayer de trouver vous-même "le truc" pour les faire signer.
Ne réinventez pas la roue, ces livres vous feront gagner un temps immense.
Même si vous "n'apprenez" qu'une seule chose.
C'est peut-être LA chose qui vous fera obtenir le contrat.
Je vous préviens d'avance, votre opinion sur les Américains va chuter, vous réaliserez que toutes les subtilités et finesses à la base de la culture française sont un handicape dans ce nouveau milieu.
Le plus tôt vous en prendrez compte, le plus tôt vous arriverez a quelque chose.
Et ne prenez pas, comme prétexte, "oh ce n'est pas nécessaire, je suis sur que la compagnie X va m'acheter, après les fêtes".
NON NON et NON.
Vous ne pouvez pas compter sur leurs promesses.
Ne les laisser pas gaspiller votre temps! Et votre argent (car pas d'entrée d'argent signifie que vous entamez votre capital).

En général, les bibliothèques vous prêteront gratuitement 20 à 25 livres à la fois (ah mais vous n'êtes pas encore inscrit, donc une peu moins pour la première fois), pour environ 3 semaines, avec possibilité de repousser la date d'échéance (probablement 2 fois 2 semaines supplémentaires) .

Pour vous inscrire, vous n'avez besoin que de votre permis.
De plus ils travaillent en réseau avec les autres bibliothèques (d'autres villes environnantes).
Vous pouvez "commander" des livres qui se trouvent dans une bibliothèque éloignée de chez vous, vous recevrez un e-mail ou coup de téléphone, quand il arrivera à la bibliothèque de votre choix, et paierez probablement 25 cents quand vous le retirerez.

Précédent
Haut