Négociations Voiture

Négocier sa voiture aux USA

Négociations Honda

Je passe ce matin par la banque pour y déposer mes nombreux chèques où je suis sûr qu'une vie ne suffirait pas pour tous les utiliser.
A croire que c'est fait exprès pour louer un coffre...
Je signe la carte mentionnant que je suis passé rendre visite à mon coffre aujourd'hui: ce n'est pas informatisé, je ne vois pas à quoi ça sert.
La boite est vraiment petite, mais longue: c'est sûr que c'est juste fait pour y déposer des documents papiers ou bijoux, mais pas trop.

Comme par hasard, serais-je tenter de dire, les boites fournies par BofA contenant les chéquiers dépassent de 1mm la hauteur de la boite: soit on prend un coffre plus grand (donc plus cher) pour y laisser la boite, soit on sort les chéquiers des boites avec lesquelles on repart.

J'ai choisi la 2nde solution, je suis reparti avec mes boites vides.
J'ai fait la remarque à le demoiselle qui m'a dit être au courant: à voir la tête que je faisais, elle n'a sûrement pas cru bon de tenter de me refiler un coffre plus grand.

J'en profite pour passer voir le banquier d'hier, pas mon habituel, qui comme hier avait plus envie de se rouler les pouces qu'autre chose.
Les 24h qu'il m'avait annoncé pour la réponse positive ou négative sont écoulés, mais la réponse n'est toujours pas arrivée.
No comment...

J'arrive au bureau, Doug qui me saute dessus pour savoir où j'en suis avec la voiture.
J'en suis au même point qu'hier soir...
Voilà où cela amène de faire traîner les choses: trouver la voiture, chercher un crédit, transférer les fonds pour couvrir le surcoût inattendu.

On va retourner voir le concessionnaire cet après-midi.
Avant tout je prépare les papiers pour la négociation du prix: imprimer les prix du Kelley Blue Book (KBB).
Le KBB présente 3 prix:
(i) le prix qu'un particulier peut attendre de l'achat de son véhicule par un revendeur de voitures,
(ii) le prix de particulier à particulier (sans garanties), et
(iii) le prix qu'un revendeur de voitures pourra afficher.

Pour ces 3 cas, les prix sont notés en fonction de l'état du véhicule de bon à excellent.
Ces prix sont, bien entendu, croissants qui ,dans le cas de mon modèle, vont de $13k à $16k.
Le prix demandé par le concessionnaire Honda est vraiment très raisonnable, proche de celui obtenu entre particuliers pour un véhicule en bon état, incluant les garanties et extensions Honda.
A ce prix se rajoute des frais liés à l'immatriculation puis divers broutilles, et la TVA!!!
On l'avait oubliée celle-là appelée "VAT" ou "Sales Taxes" à un taux de 8,25%!!
En effet tous les produits sont affichés hors-taxes, lorsqu'on paye alors la TVA est ajoutée.
Déjà elle n'est pas de 19,6% comme en France, mais quand même pas à 0% comme dans quelques états aux USA.
On arrive à un prix final de $17.500, mes vertiges ont failli revenir en entendant le prix...
Une fois toutes les cartes en main, les "négociations" ont commencé. Pour une somme de $17k, je trouve que ce genre de négociations étaient ridicules, dignes de Djama El Fna!
En effet, le but était de grappiller quelques centaines de $$ à coût de $10 en moins par ci ou par là... Presque 1h pour batailler sur $200.
Effectivement le prix était celui du marché, un peu en-dessous de la référence.

Comme toujours, on obtient toujours les produits au prix du marché.
Il faut avoir préparé son dossieravant pour le baisser d'un prix supérieur, mais si il est trop inférieur alors il faut se poser des questions car il y a sûrement un vice caché!

Le concessionnaire avait lui aussi préparé son dossier de sorte à défendre son prix: il avait les mêmes éléments que nous, en l'occurrence les prix KBB.
Doug a apporté une attention toute particulière aux garanties de couverture de l'assurance et de leur extensions, ainsi qu'aux points de contrôle (comme notre contrôle technique) pour que le véhicule ait pu être affiché comme "certifié".
Passer par un concessionnaire apporte une certaine tranquillité d'esprit, même si tous les points doivent être vérifiés.
Je suis assez satisfait de la qualité de services!
Nous repartons et donnerons une suite en fin de semaine.
Je trouve que c'est quand même un peu cher, même si ça ne coûte, mine de rien "que" 12.000 Euros pour un véhicule de 2007 avec 18.000 miles au compteur.
Et oui, le cours remonte: maigre consolation ( www.x-rates.com).

Toutes ces aventures m'ont fait prendre pas mal de retard pour mes affaires courantes...
Il y a peu de chances que je puisse avoir ma nouvelle voiture pour vendredi, jour où je dois rendre la voiture à la fille de Doug.
Il va donc falloir que je pense à en louer une pour le week-end et début de semaine prochaine.
Ce fut sympa de m'avoir prêter une voiture durant presque 2 mois, mais ça m'a fait m'endormir sur mes lauriers remettant l'achat à plus tard.
Quoiqu'il en soit ces 2 mois ont été assez chargés, en dépit de mes soucis cérébraux...

Pas la peine de chercher à obtenir un crédit, comme en France ils demandent 3 bulletins de salaires (que je n'ai pas, étant indépendant), un historique de crédit, des lettres de références, ...
En tant qu'indépendant, en France aussi ce fut très difficile d'obtenir des crédits, les gens nous regarde comme si on était des mendiants de ne pas avoir de bulletins de salaire.

Même suspicion pour les soins santé lorsqu'on présente la carte de la RAM.
Bref, j'ai l'habitude et ne cherche plus à comprendre: les crédits sont uniquement fait pour les gens qui n'en ont pas besoin.
Il est 11:30pm, j'en peux plus, vraiment envie de rentrer maintenant!

Carlos de Mexico City m'a répondu très rapidement sur mes interrogations à propos des mexicains blonds.
Voici sa réponse dans le paragraphe suivant. [...] mes cousins sont blonds aux yeux verts ou bleus, moi je suis le seul brun.
Bon, en fait le Mexique est un pays qui a accueilli différentes nationalités "aux bras ouverts".
Ca m'étonne pas s'il parle bien anglais en fait on a des cours d'anglais a partir de "maternelle" jusqu'à l'Université.
Au Nord et Centre du Mexique les gens sont plus blonds, c'est là où se sont concentrés les immigrants "espagnols, français, hollandais, anglais..." après l'indépendance du Mexique le gouvernement a décidé de mettre les "étrangers" au centre et nord du pays pour éviter les avoir près de la ville de Mexico et les côtes de Veracruz (Golfe du Mexique) pour la sécurité nationale et empêcher une autre colonisation.
Alors après les Espagnols, les Français sont arrivés; on a eu deux interventions: Françaises (commandée par Napoléon II), puis les Hollandais sont arrivés.
Y a pas eu trop d'allemands (heureusement).
Aussi au nord du Mexique y a plus de blonds à cause des 13 colonies (USA / CAN).
Au sud-est du Mexique, dans la région Maya et frontière avec l'Amérique centrale, y a pas eu trop de métissage, c'est pour ça que les gens de ce coté conservent leurs caractéristiques ethniques.

Mais bon, si tu viens au Mexique tu pourras trouver des blonds, bruns, roux... mais pas noirs.
Y a une grande variété mais maintenant on est tous des mexicains, on sait que nos racines sont des métissages avec les européens ....
La note à propos des Allemands fait référence à la question que je lui ai posé en demandant si, après la 2ème guerre mondiale, il n'y avait pas eu une vague d'immigration nazie comme ce fut le cas en Amérique du Sud.
Donc la réponse est non: pas d'Allemand au passé honteux.
De même il semblerait qu'il n'y ait pas eu de flux migratoire en provenance de l'Afrique, le Mexique n'a donc pas de passé d'esclavagiste car rappelons que les afro-américains d'aujourd'hui, étaient les esclaves d'hier, enlevés sur les Côtes Africaines et vendus aux USA!
Cependant, l'époque Espagnole n'a pas été tendre non plus d'après mes souvenirs des "Mystérieuses Cités d'Or" et des petits documentaires qui les suivaient.