Boutiques

Les boutiques vues par un Français aux US

Boutiques

Je pars, il fait frais, tendance froide, comme hier.
De la pluie est annoncée pour aujourd'hui, pluie qui ne viendra pas fort heureusement.
D'après la météo, il semble que Thanks-Giving se fera sous la pluie pour laisser place à un très beau temps pour ce week-end, autour des 70°F.

On ne peut rien dire sur le climat, il y a plein de petits micro-climats à 10 miles près: à Los Gatos par exemple il fait généralement 1°C de moins qu'à San José Sud.
C'est bizarre, c'est pourtant une vallée, plate (semble-t-il) à moins de 100m d'altitude.
Je comprends qu'en région Niçoise, le temps, et la végétation, change de manière drastique à quelques kilomètres du bord de mer en rentrant dans les terres: ce n'est pas pour rien que le département s'appelle les Alpes-Maritimes, mais ici: mystère!

La journée fut bien chargée en événements, en plus des investigations quotidiennes déjà très prenantes.
Eliane, lectrice assidue de mes folles journées de découverte des systèmes de fonctionnement US et de ses habitants, porte à mon attention quelques éléments sur le groupe HMO Kaiser Permanente, les yaourts, et les garanties de dépôts bancaires FDIC.

Je suis toujours dans mes investigations pour trouver une bonne couverture santé: recherches sur le web, lecture attentive des propositions de devis en-ligne chez les assureurs, recommandations et bouche-à-oreilles (le plus important je pense, car il n'y a pas d'arguments de commerciaux!).
WikiPedia m'aide beaucoup pour comprendre les choses, les articles vont dans un niveau de détails très fins, j'ai même installé l'application "QuickPedia" sur mon iPhone (c'est la seule que je trouve conviviale parmi les nombreuses proposées).

Eliane me fait part de son expérience en structure hospitalière Kaiser lors d'une opération qu'elle a subi il y a 10 ans: locaux et lits très propres, tout c'est très bien déroulé, ils appelaient chaque jour chez elle pour vérifier que tout se passait bien.
Et pourtant d'après ce que Doug disait, Kaiser avait mauvaise presse voilà 10 ans. Il est revenu sur son avis et souhaite lui-même y souscrire très prochainement: un de ses amis de son club ruineux est chirurgien de l'oeil chez Kaiser et lui en dit le plus grand bien.
Etant employés, il leur est demandé de faire du "travail à la chaîne". Mais font-il du bon travail étant donc fatigués?
La réponse est oui, car ce n'est pas un médecin ou chirurgien mais une équipe.
Le but n'est pas qu'ils perdent de l'argent en procès avec les familles mais qu'ils en gagnent justement, donc ils sont très méticuleux et préfèrent en faire trop que pas assez.
Ils sont très portés sur la prévention, souvent gratuite ou à faible coût: je trouve cette remarque sur Kaiser à de nombreuses reprises.
De plus, les prises pour les spécialistes en charges se font sous quelques jours, contrairement à quelques mois en PPO.
Si un spécialiste n'est pas disponible dans son centre, un le sera dans un autre au Texas: être chez Kaiser, c'est avoir accès à leurs 20 centres hospitaliers au travers des USA.
Voici les sons de cloches récoltés, je cherche des avis négatifs non trouvés jusqu'à présent: donc appel à témoins...

Ensuite, sur l'aspect nourriture et ma quête de yaourts nature, Eliane m'informe qu'ils en ont de très bons en rayon mais en pots de 32oz à 64oz (entre 1kg et 2kg) mais qui se conservent très bien au frigo car il est évident qu'on ne peut les consommer que petit à petit!

J'avais effectivement vu des pots plus proche de seau que du pot de yaourt classique que nous connaissons tous, mais n'y avait pas prêté attention car la taille ne me convenait évidemment pas!
D'habitude ils ont tout dans toutes les tailles, sauf les yaourts natures.
Il faut lire attentivement ce qui est écrit sur le pot car il semble qu'il soit facile de confondre le pot de nature ("Mountain High" écrit en blanc sur fond bleu, "Original Style All Natural Yoghurt - Plain") et ceux sucrés.
A ma prochaine visite chez Safeway, je ne manquerai pas de regarder toute la gamme des seaux à yaourts.

Finalement Eliane me conseille de regarder avec attention les garanties auxquelles les banques ont souscrites auprès de la FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation: www.fdic.gov) en cette période de crise financière et de rachats de banques à tout va.
La banque et les produits souscrits doivent absolument être assurés auprès de la FDIC, cette vérification est faisable en-ligne sur le site de la FDIC.
BofA en tant que 1ère banque aux US (d'après ce qu'ils disent) le sont évidemment (je l'avais vérifié lors de l'ouverture de mes comptes), et les produits souscrits le sont aussi (vérifié aussi à l'époque).

La recommandation fut de ne pas détenir plus de $100k qui fut la limite d'assurance: bien malheureusement j'aurais bien voulu que cette recommandation puisse s'appliquer à mon cas, mais ça ne sera pas encore le cas.

L'agent d'assurance en couverture santé qui devait nous visiter la semaine dernière, et qui ne l'a pas fait, nous rend visite aujourd'hui.
Direction la salle de réunion pour qu'il nous présente ses produits.
Alors au premier abord, j'ai eu une très mauvaise impression: c'était le style du vendeur de tapis (donc menteur).
Mon impression s'est avérée: ses argument étaient basés sur l'émotionnel, pour faire peur et abonder dans le sens des assurances qu'il proposait.
Manque de chance, le fait d'y réfléchir à l'avance de manière raisonnée et raisonnable font que son petit manège ne prend pas.
Je lance des regards à Doug qui comprend très bien et essaye d'écourter la présentation en lui demandant d'autres options.
Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer sa calvitie recouverte de cheveux plantés en rangs d'oignons: quel mauvais travail...

Pour résumer il nous présentait un comparatif des assurances Blue Shield of California les plus chères, majorés d'une grasse commission.
Je pensais qu'en tant que courtier il allait nous présenter des garanties supérieures négociées à des prix intéressants: pas du tout!
Mon travail préliminaire d'investigation avec une connexion Internet suffisait largement.
Conclusion: Kaiser est toujours n°1, mais quel plan maintenant?
Prochaine étape, investigations dans les plan santé de Kaiser Permanente.

Il est, mine de rien, 3pm, une petite fringale se présente!

J'irais déjeuner seul aujourd'hui, Doug vient juste de partir... préparatifs de Thanks-Giving obligent.
Je me rend dans le regroupement de commerces autour de mon agence BofA, ils ont plusieurs petites "eateries" sympathiques ("eatery" US = fast-food français).
Je vais dans le fast-food à salades: salade composée au poulet et gobelet de coca pour $8, coca en libre distribution pour un coût de $1.5.
En effet, dans certains établissement les boissons ne sont pas servies mais sont en libre accès: on achète le gobelet et on se sert et ressert autant de fois que l'on le souhaite.
Tous ne font pas ça... Il faisait assez froid, j'aurais plutôt dû prendre une de leur très bonne soupe chaude à la place de mon repas froid...
Je ne suis pas amateur de potages, et sûrement pas le midi, mais dans les pays anglo-saxons, dont les US, c'est très courant, et ils en font de succulentes.
Le velouté aux fruits de mer chez "Boudin" sur Fishermen's Wharves servi dans une boule de pain est un vrai régal, et pour quelques $$.

Doug n'est pas là pour me presser, donc je vais enfin prendre le temps de faire le tour des boutiques.
Doug, comme tout Américain semble-t-il, est "hyperactif", c'est à dire qu'il doit tout le temps bouger et faire les choses vite.
Pour le café, on l'emporte pour le boire au bureau au lieu de s'attabler en extérieur par exemple.
Dans les restaurant, on remarquera que dès que le repas est engouffré, l'addition arrive instantanément, 3 minutes après elle est payée, 2 minutes plus tard tous le monde est parti.
En France, combien de fois faut-il redemander l'addition?
Cette habitude montre bien qu'on va au restaurant pour dîner et c'est tout: quand le dîner est terminé, on s'en va.

Je vois une très jolie devanture de boutique: allons y jeter un coup d'oeil vu que les boutiques à taille humaine ne font pas légion ici.
Il s'agissait du paradis pour nos amis les animaux.
J'avais déjà remarqué des petites boutiques en centre ville de Los Gatos: j'aime bien car on y trouve des choses spécialisées, insolites, mais très chères.
En plus, ça change de grands complexes commerciaux de 1000 m2.

Juste à coté se trouvait une autre catégorie de boutique: il s'agissait d'un grossiste en produits pour coiffeurs. Ils vendaient aussi au grand public: un client est un client et tout argent est bon à prendre.
Je suis tout à fait d'accord avec cette façon de penser, bien qu'en France il semblerait que l'on préfère l'argent de certains plutôt que d'autres.

Je finis enfin par un supermarché d'enseigne "Longs Drugs", style "Target" mais un peu moins bien achalandé car plus petit.
A chaque fois je cherche 2 produits que je n'arrive pas à trouver: des lentilles pour faire de bonnes saucisses (de CostCo) aux lentilles, et une araignée pour faire des fritures.
D'ailleurs je ne comprends pas qu'avec tous leurs produits frits il n'aient pas d'araignée: avec quoi les sortent-ils?
Je ne vais quand même pas devoir le faire aux baguettes?!?! Je n'arrive pas à trouver non plus de la javel en pastilles, c'est pratique, mais il semble qu'ils préfèrent acheter les bidons de produits déjà tout fait aux vertus (publicitaires) indéniables.

En partant je remarque près des caisses des journaux à l'enseigne du magasin uniquement fait de "coupons" (ce sont leurs remises en fonction de promotions). Je me souviens le conseil d'Eliane et les prends pour en découper pour les produits qui m'intéressent.
En fait, il y en avait beaucoup pour les snacks (cochonneries qu'ils grignotent toute la journée).

20h, après avoir fini la journée au bureau, il est temps d'enfin rentrer à la maison! Enfin!

J'allume la TV pour faire une présence en attendant Mike qui rentre du travail vers minuit (il n'est pas magasinier, mais programmeur informatique avec des horaires de tordus...), ça m'aide à améliorer la compréhension de l'anglais.
Je tombe sur les actualités: voyons un peu ce qu'il se passe dans la région.
Un meurtre à San Matéo: super. Les $800 milliards que tout le monde attend: rien de nouveau.
Puis une horreur en fin de journal comme les Américains aiment bien: aujourd'hui c'était l'euthanasie en direct d'un petit chien âgé avec les violons et les larmes qui vont avec bien sûr.
Mon point de vue est toujours le même: c'est inadmissible et choquant.

En parler pour expliquer qu'il faut le faire dans certaines situations: ok, c'est le rôle d'information.
Mais le montrer en direct: c'est du voyeurisme morbide!
Ca fait partie de la panoplie avec Halloween et les cercueils à CostCo du conditionnement pour faire de bons petits psychopathes plus tard.
J'espère qu'en France le comité de censure de l'audiovisuel continuera à interdire ce genre de choses à l'antenne!

A propos de la "crise" actuelle, ça me rappelle les actualités de la semaine passée où Schwartzy avaient fait une allocution en matinée et le journaliste avait voulu un peu plus investiguer dans l'après-midi se rendant au gouvernorat (à Sacramento): tout était vide.
La caméra montrait les bureaux vides, couloirs vides, salles de réunions vides: le commentaire était que c'était incroyable en période de crise que le gouvernorat ne s'active pas plus.
En fait, Scharzy était parti à Los Angeles pour une inauguration de lâché de Gipettes Barbues (c'est ironique), une partie du personnel était parti en colloque à Hawai, une autre partie en délégation en Chine, ... donc il ne restait personne pour diriger la Californie.