Associé? et ESL (English as Second Language)

apprentissage de l'anglais aux USA pour étrangers

associé? et ESL (English as Second Language)

Hum... il fait de nouveau frais aujourd'hui, donc pas de lunette de soleil contrairement à hier.

Mon 1er RdV de la journée est avec mon nouveau chiropractor, pour la seconde fois.

TomTom me guide pour faire le trajet inverse à celui fait lundi soir, freeway direction Los Angeles: ça n'en est que la direction, je m'arrêterais bien 790km avant...

Je vois le quartier de jour cette fois ci, c'est un quartier modeste comme tous les autres quartiers modestes: carrées de maisonnettes donnant sur la rue et sur la route principale.

Ca me fait toujours bizarre d'être arrêté à un feu sur un axe principal et de voir les gens chez eux à même pas 10 mètres.
Ces carrés de maisonnettes sont bien entendues implantées à proximité très proche (moins de 1mn en voiture) d'un regroupement de commerces, à moins que ça ne soit l'inverse.

Dans SimCity (jeu sur ordinateur) pour gagner des points il fallait dessiner des quartiers exactement comme ils le sont ici!
Le chiropractor est placé dans un quartier professionnel: on peut voir de partout, où que l'on se tourne, des enseignes de dentistes, de laboratoires d'imagerie médicale, de clinique chirurgicale, ...

Je gare la voiture avec difficulté, les place sont rares aujourd'hui, ce n'est pas comme lundi où le quartier était désert.
J'entre par la modeste porte dans la petite salle d'attente, une standardiste est présente et me regarde en se demandant bien si je ne m'étais pas perdu.
En effet, le quartier est à 95% asiatique et le cabinet du chiropractor est 100% vietnamien, dont la standardiste et les patients en salle d'attente.

Je demande mon docteur: et là j'ai vu qu'elle avait entendu parler de ma visite, elle s'est déridée et avec un grand sourire et beaucoup de prévenance m'a fait asseoir en attendant le docteur.
Bien entendu, le médecin "en chef" en m'entendant est arrivé pour me saluer, j'apprendrais par la suite, en voyant une photo, que la standardiste n'est ni plus ni moins que la femme du docteur vietnamien.
J'ai le temps d'un peu regarder les murs de la salle d'attente recouverts de titres plus prestigieux les uns que les autres d'universités US et Vietnamiennes mêlés dans un décors mi-bouddhiste mi catholique à l'effigie de la Vierge Marie.

Finalement mon docteur arrive pour la séance à $45 qui durera 1h.
Je n'ai pas eu de début de vertiges aujourd'hui, sans prendre de médicaments: effet placebo, résorption naturelle ou réel effet de remise en place des vertèbres... je ne sais pas, mais le but est (presque) atteint.

La séance de massage avec traitement, fait par un docteur en chiropractie, pour $45... en France c'était 80 Euros 1:45 de massage californien ou thaï, je trouve toujours que les prix sont très raisonnables.

Direction Los Gatos, au bureau. Tiens, il faut que je passe à la banque pour voir si ils ont un coffre à me prêter.
Ce fut un conseil judicieux d'Eliane afin d'y déposer mes nombreux chéquier, la carte de sécurité sociale et d'autres papiers personnels.
Le coffre petit-modèle est gratuit, mais il faut venir en début de mois pour en réclamer un.
Ca tombe bien: c'est le début de mois.
Mon banquier préféré est affairé comme d'habitude, un guichetier va donc pouvoir me renseigner.
Il ont très peu de coffres et plusieurs personnes attendent depuis plusieurs mois déjà pour en avoir un... ça s'annonce mal.
Bref, je suis mis sur liste d'attente.

Entre temps mon banquier enfin libéré arrive à grands pas pour reprendre le dossier et me promet de m'avertir dans la journée sur la disponibilité: j'attends toujours... on verra demain.
Il me fait visiter le coffre en m'expliquant comment ça fonctionne et me glisse au passage que pour un faible coût je peux avoir un coffre plus grand.
Ce qui est agréable c'est qu'ils ne sont pas insistants, j'ai l'information, à moi de décider en tant que client, ils n'essaient pas de me forcer la main.
Il semblerait d'après les expériences d'autrui que les vendeurs de voitures ne soient pas tout à fait pareil.

Enfin arrivé au bureau... Steve qui me saute dessus pour ses petits soucis techniques jusqu'à 16h où j'ai quand même un peu faim.
On s'en va prendre une collation dans un café de haut standing, avec un bon expresso (meilleur que Starbucks): ils ne savent pas le doser, à chaque fois un double-expresso finit en 10-expresso (pas dilué avec de l'eau chaude, vraiment 10 expressos).
J'en profite pour leur commander un sandwich vu qu'il en proposent aussi, des bons avec du vrai pain (pas du pain de mie) et des ingrédients qui devraient avoir du goût (huile d'olive, mozzarela, poivrons et aubergines grillés), mais qui n'en ont pas: bref, de manière visuelle c'était très beau, mais en note gustative c'était insipide.

Ils vendent aussi du café en grain, ils en ont des dizaines de sortes.
Pour anecdote Steve est excellent conducteur, il a un énorme 4x4 qu'il conduit d'un pied entre accélérateur et frein.
Moi j'utilise mes 2 pieds, je ne connais pas la procédure, mais ne plus avoir d'embrayage est déstabilisant, je suis obligé d'utiliser mon pied gauche!
Steve est affalé dans son siège comme dans le fauteuil de son salon, discute au téléphone, boit son café... et arrive quand même à conduire.
Ce qui m'a le plus épaté est quand il s'est garé en créneau arrière en 2 manoeuvres d'une seule main tout en discutant au téléphone: il a garé ce monstre avec une telle facilité!
J'avais déjà remarqué qu'il était bon conducteur en France avec une voiture à vitesses. J'aurais donc au moins vu un bon conducteur Américain!

Nous nous sommes ensuite rendu chez un de ses clients: une boutique de lingerie haut de gamme avec le nom en Français bien sûr et des chansons... françaises style années 50 au rythme entraînant des petites femmes de Pigalle.
Qui sait, peut-être va-t-il me demander de faire des photos: héhéhé
En tant que associé ça serait normal: j'ai appris aujourd'hui qu'il annonçait à qui voulait l'entendre que j'étais son associé, je n'étais pas au courant... avec mes vertiges peut-être que je ne m'en souvenais plus qui sait.

Je vais fouiller dans mes papiers pour retrouver les parts de sa société qui devraient se trouver quelque part: mais où ai-je bien pu les mettre.
A oui, je me souviens: je n'ai aucune part de sa société...
J'ai l'habitude à ce que l'on me promette monts et merveilles, donc maintenant j'écoute presque désabusé en attendant de voir les actes qui sont toujours bien moins attirants... Ce n'est pas un trait US, c'est un trait de caractère juste humain, les derniers en dates à m'avoir fait le cinéma étant bien français.
En effet, je devais avoir un emploi à mon arrivée aux US... à titre presque gracieux et corvéable à merci (ils avaient oublié de le mentionner). Les factures de début de mois tombent: AT&T avec une facture très détaillée de 6 pages pour $80 incluant bien 15h d'appels vers la France et le Mexique: c'est bien SKYPE sur l'iPhone quand même!
Le loyer à payer, sans charges non plus ce mois ci.
Je vais aussi avoir la facture de la carte de crédit à honorer.
Je dois être très scrupuleux dans le règlement des factures afin de constituer mon credit-score: jusqu'à présent personne n'a encore eu besoin de m'envoyer les huissiers, ouff!!

L'essence à perdu 10c aujourd'hui par rapport à hier où j'ai fait le plein, chez "Rotten Robbie", à $1.89 le gallon (env. 3,5L).

19:30, la journée enfin finie, je passe aux toilettes avant de partir.
La femme de ménage venait de passer, c'était tout propre.
J'ai remarqué que l'état des toilettes US pour hommes est identique à celui des toilettes Françaises pour hommes: la circoncision n'a donc aucun rapport avec le fait de pisser droit ou pas.
La circoncision aux US, pour raisons non religieuses, est un vaste débat aux US: un ami texan a dû signer des décharges pour éviter que ses fils le soient pendant qu'il était traité de père indigne par sa femme et d'assassin par le médecin. Ce rituel n'a plus rien d'hygiénique (ne serait-ce si un jour ce fut le cas), mais vient de la culture de l'époque victorienne: WASP et la chasse aux sorcières de Salem...

Je prépare depuis quelques soirs ma visite à la High School de Los Gatos pour mon premier cours ESL (English as Second Language, recommandé par Geneviève, Présidente de France Service) qui se tient ce soir de 8:15 à 9:45.
J'avais bien cherché à San José mais tout était clos car pris d'assaut par les nombreux immigrants.
A los Gatos, c'est déjà plus tranquille, il suffit d'arriver et de s'enregistrer en début de cours.
Ils n'offrent pas beaucoup de niveaux ni beaucoup de plages horaires: je préfère en soirée donc le niveau en fut déterminé comme cela, ça sera "Intermediate Low Advanced".
La High School se trouve à 4 minutes en voiture du bureau, j'arrive, nuit noire bien entendu, je vois le parking, je rentre: pas une place, il était bondé.
Et bien, à 7:45pm, les élèves sont studieux, et pourtant ils n'ont pas classe en après-midi.
En fait ils ont plusieurs activités extra-scolaires, dont certaines pratiquée dans les locaux de la High School.
Je parviens à me garer en extérieur, il fait froid, ça pique.
Je me dirige vers une porte où je vois de la lumière.
Je m'adresse à une étudiante qui semblait faire le dispatch: elle me regarde comme une vache qui regarde passer un train. Une responsable, voyant son désarroi, vient l'aider. Il s'agissait de l'intendante qui est allée directement voir l'emploi du temps et m'a indiqué ESL salle 100.

Super, et où se trouve la salle 100?

L'homme d'entretien passait par là et ma gentiment indiqué comment m'y rendre.
Le campus est gigantesque: des bâtiments à perte de vue dans un labyrinthe de coursives.
Un gymnase énorme avec une piscine presque olympique.
Afin de me rendre à la salle 100 j'ai bien visité, une salle accueillait des cours de danse pour adultes: en effet le centre culturel de Los Gatos, répartit, semble-t-il, ses activités entre l'église luthérienne du coin et cette High School.

J'arrive à la salle 100, il est 8:05, porte fermée et cours à l'intérieur: je ne suis pas en retard, il y a effectivement d'après le calendrier un cours avant.
La salle aurait pu être une simple salle de classe, pourquoi ont-il choisi la salle "couture et cuisine".
En effet, il semble que les petits Américains aient des cours de couture, et de cuisine aussi: c'est donc là qu'on leur enseigne le mauvais goût vestimentaire et la mal-bouffe: le rôle éducatif est un brin à revoir. (Ce commentaire est bien sur ironique!)
8:30, personne ne sort ni ne semble bouger.
Personne non plus ne m'a rejoint devant la porte.
Je commence un brin à bouillir: serais-je venu pour rien?
Je me rend de nouveau là d'où j'étais venu.
La demoiselle du dispatch a été remplacée par une dame d'une quarantaine d'année.
Je lui présente mon petit soucis d'un air désemparé.
Elle m'apprend qu'elle ne fait pas le dispatch, qu'elle tiens juste le stand de friandises à l'entrée pour la représentation de la chorale qui se tient juste à coté.
Effectivement, ça chante pas mal!
Je n'y avais pas prêté plus attention que cela.
Elle m'invite a y assister, mais je n'en ai malheureusement pas eu le courage.
Elle me pose plusieurs questions pour faire la conversation: son stand ne faisait pas fureur, c'était je suppose pour l'entracte.
Puis elle m'annonce qu'elle était professeur d'ESL durant plusieurs années et que je n'ai pas besoin de cours.
Que ça soit vrai ou pas, je compte bien en prendre afin de voir d'autres gens, de "socialiser" et faire autre chose.
Bien que je sois venu semble-t-il pour rien, avoir fait la coupure d'avec les contraintes du quotidien a été bénéfique.

Je me suis aussi rendu compte que le personnel enseignant avec qui j'ai dû m'entretenir parlait agréablement bien en prononçant tous les mots distinctement, avec des phrases bien construites: ça change du quotidien.

Mais je me demande comment les nouveaux immigrés de parlant pas la langue font pour s'en sortir: je les félicite!

Je rentre donc à la maison, il est 9pm.

Demain j'appellerai pour savoir quand sont les cours et demander pourquoi le planning annoncé n'est pas respecté m'ayant occasionné le soucis d'arriver en retard le premier jour.

Ca marque quand même mal d'arriver le 1er jour en retard!

C'est pas une vie ça!