aprèm pâtisserie

faire de la patisserie aux USA

aprèm pâtisserie

Revenons sur des sujets un peu plus frivoles comme ma journée de samedi: que s'est-il passé aujourd'hui?

Le temps excellent comme (presque) d'habitude.
Tiens hier j'ai oublié de mentionner que bien que la journée fut très belle, j'ai du pour la première fois mettre un petit coup de chauffage en début de soirée à 74°F, la maison n'étant qu'à 72°.
C'est normal d'un peu mettre le chauffage quand même: c'est l'hiver!!!

Après une superbe grasse matinée, le plan de la journée est... la cuisine: et oui j'aime bien cuisiner.
J'aime bien découvrir ce qu'on peut faire avec les produits locaux, et m'émerveille à chaque fois de leurs bons produits de base.
Ils ne les cuisinent pas, ils les consomment comme ça... la cuisson des oeufs dans la poêle est de la cuisine car l'oeuf ne rentre pas directement dans la bouche: et oui il faut le casser d'abord!

La semaine dernière j'avais essayé une recette de panification en ayant scrupuleusement suivi la recette d'un maître boulanger: il en était ressorti 4 pains de 300g aux graines et fruits secs.
Je m'américanise un peu moi aussi: je ne peux pas faire simple, il faut toujours le petit plus, qui, dans mon cas, n'est pas en trop.
En effet, les pains du commerce ne me conviennent pas, et malgré les conseils d'Eliane, je n'ai pas trouvé du vrai pain blanc "normal".

Les américains aiment bien les pains complets fait à base de toutes les graines possibles qui leur tombent sous la main.
Pain noir pour pain noir, les allemands en font de bien meilleurs...
Cependant c'est assez difficile à faire, trop de paramètres à prendre en considération comme l'humidité de l'air ou la température de l'eau qui se calcule en fonction de plusieurs autres paramètres.
En conclusion ce ne fut pas un vif succès, bien qu'il ait monté et qu'il fut convenable pour accompagner du "fromage".
Doug l'a bien aimé, mais est-il un critère.

Pour un Américain le but est que ça rentre dans la bouche, et c'est bon si c'est sucré ou gras.
Dans mon cas ça rentrait dans la bouche et les fruits secs ressortaient bien.

Aujourd'hui, ça sera choux à la crème et brioches.
Tous les ingrédients se trouvent très facilement et sont de consommation courante, donc aucun produit qui ne sorte de l'ordinaire pour une épicerie US.
J'avais voulu tout d'abord faire des choux et des bagels, mais je ne trouve pas que les bagels soient si extraordinaires.
Et pourtant, ça se vend comme des petits pains, c'est le cas de le dire, pour c70, en libre-service à Safeway.
Le bagel est l'équivalent du fameux "doghnuts" dont raffole Homer, mais en moins gras et moins sucré.
C'est un petit pain d'origine juive fait de pâte à pain avec un trou au milieu, poché puis cuit au four.
Donc comme je n'aime pas trop je me suis rabattu sur les petites brioches.

Alors pourquoi choux et brioches?

Des enseignes sont spécialisées en choux ou bagels, c'est à dire qu'ils ne vendent que ça.
Lors de la visite d'un mall proche de la maison lors des 1ers jours de mon emménagement, Mike m'avait emmené dans cette enseigne à côté de McDonald's et de tous les autres petits fast-foods en place centrale du mall.
Ils ne vendaient que des gros choux de la taille d'une balle de tennis, fourré de crème pâtissière à 3 parfums au choix.
Les 6 à $12 quand même...
Question: qu'est ce qu'il faisait que ça paraissent si cher?
Etait-ce les ingrédients, la recette difficile à réaliser, le temps, ...
Je voulais en avoir le coeur net.
Soit dit en passant, un Américain passe sont temps à manger et boire.
Dans tous les mall on trouve un coin (pour pas dire un étage) rempli de fast-foods, et noir de monde.
Idem dans les supermarchés où il y a toujours 1 ou 2 points chauds, comme le Starbucks présent dans le Target à côté de chez moi, et juste à côté du Safeway, à 2 minutes de l'autre Starbucks.
Les magasins ont parfois leur petit coin buffet, à Séphora, bien qu'étant dans un Mall, ils avaient leur brioches et café.
Quelque chose qui me consterne est que, dans la nourriture, ils parlent toujours de "partager": quand je commande c'est à mon goût et pour moi.
Avec eux il faut toujours se foutre les doigts mutuellement dans les assiettes: je n'ai pas eu besoin de mettre de coup de fourchette à des doigts baladeurs, à voir la tête que je faisais ils n'ont jamais eu envie d'essayer!

Donc c'était pareil pour les brioches de Sephora: il en coupaient juste un morceau et laissaient le reste pour le suivant.

Mais leur main pleine de doigts qui a servi à tenir la part qu'ils laissent, elle avait traîné où avant?!
aux WC, dans le nez, sur la rampe, ... Je ne veux même pas y songer!
Je n'aime pas du tout cet aspect crado faussement socialisant.
Et dire que les français sont considérés comme des gens sales car on utilise pas un demi litre de gel douche pour se laver.
Et le café, c'est pareil, ils passent leur journée à boire leur café allongé passé et repassé, en plus des colas.
Je les observe tous dans la rue: toujours avec un gobelet à la main.
Quand il n'en ont plus ils sont très malheureux.
Pas grave, ils entrent dans (presque) n'importe quelle boutique touchant de près ou de loin aux métiers de la bouche pour se faire remplir leur gobelet pour moins de $2.
Quand je prend mon simple doppio (double espresso): ils me regardent tous comme un alien, pour eux, ce n'est pas du café, ils le proposent par snobisme.

En face de la rue où on avait mangé un jour avec Doug, il m'avait parlé d'une boutique qui ne faisait que des bagels, et ne désemplissait pas.
Manger un morceau de pain pour un morceau de pain, autant qu'il soit bon... bref.
Comment une boutique pouvait vivre uniquement avec ça, et en plus à des prix relativement faibles.
Idem, comme pour les choux, je voulais voir si il y avait quelque chose de compliqué la-dedans.
Comme il allait falloir que je les mange, pour éviter de gâcher la nourriture, j'ai préféré opter pour une recette similaire dans l'esprit: donc les petits pains briochés.
Et bien, autant la préparation du pain est quelque chose de vraiment très technique qui nécessite un vrai savoir faire, autant la préparation des pains briochés en viennoiserie, et des choux à la crème en pâtisserie fut de la rigolade en suivant la recette... et avec le secret pour les réussir: une balance!!!
Les préparations sont relativement faciles et rapides, les temps les plus longs sont pour les levées et les cuissons... qui ne nécessitent pas notre présence.
Pour les prix: farine, eau, sel, levure, sucre, lait et beurre/margarine ne vont pas faire exploser un budget.
Donc j'avais ma réponse, ils n'ont pas beaucoup de bons pains car ils ne savent pas les faire.
Ils font fortune sur des recettes bidons car elles sont faciles à faire, ne coûtent rien, sont assez spectaculaires et se mangent sans recherche du raffiné.
Quant on me parle de dessert, je ne pense pas à une brioche ou à un bagel, mais plutôt à une mille-feuille, paris-brest, baba-au-rhum, ...
Voyant mon désarrois face aux desserts US, Doug avait eu pitié et m'avait emmené dans une pâtisserie française, où en plus de servir le mauvais café habituel avaient effectivement quelques pâtisseries françaises hors de prix: j'avais pris un mille-feuille, pour finir le repas mexicain.
Ca c'était un dessert!
J'en avais donné la moitié à Doug, il avait aimé, mais n'avait pas fini... donc aimé par politesse?
Idem sur mon 2ème cobaye: mon colocataire.
ll se gave toute la journée de fast-foods, mais il rechigne à ne serait-ce goûter ce que je prépare.
Quand il goûte, c'est juste un petit morceau. Est-ce qu'il n'ose pas pensent que je vais lui demander de payer, ou tout simplement qu'il n'aime pas?
Mystère, que je vais devoir éclaircir, car je m'étonne que nos fiertés nationales ne soient pas plus appréciées.